Le bilan 2016 …

L’année 2016 est maintenant derrière nous et si je ne fais jamais de bilan en général, je me dis que ça peut être sympa pour l’activité running ou le sport en général. Ça permet de mettre noir sur blanc ce qu’on a accompli, ce qui nous a marqué, ce qu’on a raté pour repartir sur une nouvelle année pleine de challenges.

Et pendant cette année 2016, je me rends compte que j’ai fait plein de choses avec plein de 1ère fois :

  • j’ai fait mon 1er trail : l’EcoTrail 19km. Et du coup ça m’a tellement plu que j’ai enchaîné avec Trail de 2 Buttes : l’Ecotrail avait manqué de boue, là j’ai été servie.
  • Je suis passée pour la 1ère fois sous la barre des 50 minutes sur un 10km et j’ai récidivé  : 49 minutes en mai au Triathlon de Paris en relais, 48 minutes en juin aux « 10km pour elles » et enfin 47 minutes à la Fin D’Oisienne en septembre dernier. Ça fait plaisir de voir qu’on progresse.
  • J’ai couru mon 1er semi-marathon : celui de Paris, dans un temps honorable malgré une périostite.
  • J’ai fait mon 1er Triathlon en relais : celui de Paris avec Jérôme pour la nage et Fred pour le vélo. Merci à eux, on a vraiment passé un super moment !
  • Et enfin, le gros challenge de l’année a été atteint en novembre : j’ai fait mon 1er marathon à la Rochelle avec un chrono dont je suis plutôt contente (3h52).

Evidemment il y a eu plein d’autres courses moins marquantes ou pour lesquelles j’ai essuyé des échecs : le Urban Trail de Cergy terminé au bout du rouleau sous des trombes d’eau suite à différents problèmes de balisage sur le parcours, les 10km du Triathlon de Chantilly avec un chrono pourri (courir dans le sable et la poussière sous 32°c ne m’a pas réussi), etc mais dans l’ensemble je suis contente et fière de chacune de mes courses.

L’année 2016, c’est aussi une année complète avec mon club de running, le PLM Conflans. Si j’avais été moins assidue en 2015 pour différentes raison (blessures, travail etc), j’ai loupé peu de séances de fractionné en 2016 et j’ai couru presque tous les dimanches matins avec le club depuis septembre. Je fais encore de la résistance pour la séance du samedi matin mais c’est une pure question d’organisation : personne pour garder les enfants le matin et je tue le temps en courant l’après-midi quand Adam est à son entrainement de football américain.

L’année 2016 c’est aussi le retour dans mon ancienne salle de sport Amazonia. Après avoir été inscrite pendant des années, j’avais décroché, lassée de devoir faire mes séances seule. Amazonia Conflans propose des cours avec des coachs depuis fin 2015 et j’y suis donc retournée avec plaisir début 2016. Donc 2016, c’est le cours de body gainer du lundi avec Sébastien, le biking/rpm du mardi avec Aubin, les conseils personnalisés des coach quand on en a besoin (l’équipe est géniale) et surtout une amitié avec plein de membres de cette salle avec qui on court ou on s’entraîne régulièrement tous ensemble.

L’année 2016, c’était aussi une certaine discipline et une hygiène de vie pour préparer mes différentes courses. Je suis cette fille incapable de suivre un régime ou de faire attention à ce qu’elle mange (merci à mon métabolisme qui a fait que je n’en ai jamais eu besoin) mais avec le rythme des entraînements j’ai fini par constater pas mal de carences. Donc j’ai dû me discipliner et faire davantage attention à mon alimentation, à mon sommeil (moi l’insomniaque) et j’ai appris à lever (légèrement) le pied quand il le fallait. Ça n’a l’air de rien, mais c’est un énorme enseignement pour moi : être et rester à l’écoute de son corps.

L’année 2016, ce sont aussi ces rencontres avec d’autres runners avec qui on échange sur les réseaux, qu’on salue/encourage quand on les croise sur les courses, avec qui on devient quasiment pote au point de se programmer des courses ensemble. Ce sont ces copines runneuses qui sont toujours là pour nous encourager, booster, conseiller et qui font rapidement oublier ces autres envieuses ou aigries toujours dans la compétition quand nous on n’est absolument pas dans cet état d’esprit.

D’ailleurs l’année 2016, c’est celle qui vient confirmer un point important : je ne cours après rien de particulier et je ne suis en compétition avec personne, pas même avec moi même. Je me fixe mes propres objectifs et j’essaie de me donner les moyens de les atteindre en étant la plus sérieuse dans mes différentes préparations. J’ai su renoncer quand j’ai atteint mes limites (le marathon a été repoussé à plusieurs reprises), j’ai su me mettre ce coup de pieds aux fesses quand il le fallait. Et j’ai compris ce qu’une amie m’a dit régulièrement : ce n’est pas à mon âge que je vais commencer à me soucier de ce que les gens pensent de moi. J’en suis arrivée là : celles et ceux qui me connaissent vraiment savent qui je suis, savent que je ne cherche pas à prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. La compétition ne m’intéresse pas, aller au bout du bout de mes capacités et finir une course en étant vraiment mal et toute cassée non plus. 

Bref, l’année 2016 a été riche en accomplissements et en enseignements, j’ai hâte de voir ce que 2017 me réserve.