Bucket list ou liste de rêves

Je suis dingue de cahiers et carnets en tous genres. La dernière fois, j’en ai vu un juste pour faire des listes et un autre pour des « bucket lists » ou listes de rêves. En gros, tout ce qu’on aimerait faire ou accomplir dans sa vie, dans n’importe quel domaine. Celui là, j’aurais un million d’idées pour le remplir mais comme il faut au moins 1 million d’euros pour tous mes rêves, j’ai été raisonnable et je ne l’ai pas acheté (il n’y a pas de petite économie). Bref, depuis que j’ai vu ce cahier, je me demande ce que je mettrais vraiment dans ma liste de rêves et finalement j’ai eu envie d’en faire une, autour du sport.Comme toujours, dans mes rêves, il n’y aucune notion de compétition car ce n’est pas ce qui me motive. Je ne suis en compétition qu’avec moi même.

Bucket list

Ma bucket list pourrait donner ça, si on remonte un peu dans le temps :

bucket list requia the sporty family

  • Courir un marathon au moins une fois : fait – La Rochelle en novembre 2016.
  • Courir le marathon de Paris : fait – avril 2017.
  • Courir le marathon de Londres, ma ville de cœur : fait – avril 2018.
  • Courir le marathon de New York, un rêve depuis que mon frère l’a fait.
  • Partie comme ça, courir les 6 Majors : Londres, NY, Tokyo, Chicago, Boston, Berlin.
  • Devenir une bonne nageuse (oulala il y a du boulot) et ne plus avoir peur de l’eau.
  • Faire un triathlon toute seule, entièrement, comme une grande.
  • Faire un IronMan (avant mes 50 ans).
  • Courir un trail au Maroc, dans ma région (l’UltraTrail Ouarzazate par exemple).
  • Courir le Half Marathon des Sables à Fuerteventura.
  • Courir le Marathon des Sables avec mon petit frère.
  • Passer la ligne d’arrivée d’une course avec mes enfants.
  • Aller de Paris à Londres en vélo avec les enfants.
  • Réaliser le rêve des enfants, qui veulent juste « partir à l’aventure dans un pays lointain » et pour ça ils sont prêts à beaucoup marcher !

Je vais sûrement compléter cette liste au fur et à mesure du temps.

Et vous, de quoi se compose vote liste de rêves ?

La Parisienne et son cours de yoga en plein air

Cela fait quelques années que le yoga me tente mais les horaires des cours près de chez moi ne collent jamais avec mon emploi du temps (déjà trop chargé). Mais dimanche matin, j’ai pu participer à un cours de yoga en plein air, dans le joli Parc Du Prieuré, à conflans, à quelques minutes de chez moi. Bon, j’avoue, pour participer à ce cours, j’ai dû renoncer à la sortie longue du dimanche matin avec le club … Quand je vous dis que mon emploi du temps est serré, serré …

Du coup, cela m’a rappelé une info reçu il y a quelques temps … vous avez toutes et tous entendu parler de La Parisienne, cette course qui se tient tous les ans le 1er dimanche de Septembre. Cette année, la 22è édition aura lieu le dimanche 9 septembre et elle revêtira les couleurs de « New York City ». Un petit clin d’oeil pour moi au marathon de New york auquel je devrais participer moins de 2 mois plus tard 😉

Comme chaque année, le week-end de La Parisienne est un gros week-end de fête avec plein d’animations et cette année, il y a même … un cours de yoga géant (1000 personnes sont attendues !) à ciel ouvert ! Ce se passe le samedi 8 septembre, à 10h30 sur le Champ de Mars, c’est gratuit et ouvert à tous. Pour plus de fun, il y a un dress-code : tenue blanche et tapis coloré.

run and yoga la parisienne the sporty family

Ce cours de yoga se fait en partenariat avec Yoga Festival et sera animé en français et en anglais par Anne Wandewalle et Marc Holzmann.

Evidemment pour être surs de pouvoir participer, il faudra vous inscire (c’est gratuit) en ligne à partir de début août sur le site de la course. Je ne manquerais pas de vous le rappeler le moment venu …

Alors qui est partant pour le cours de yoga en plein air et La Parisienne ? Moiiiiiiii !

La pochette de runneuse (objet futile donc utile)

Dans mon sac de runneuse/sportive, celui que je prends quand je participe à une course ou celui que j’emmène dans la salle de sport, il y a toujours plein (trop ?) de choses. Du coup, à défaut d’avoir le sac de mes rêves avec des poches et des compartiments, j’y ajoute des petites pochettes pour l’organiser un peu.

Il y a évidemment la pochette pour les baskets, surtout pour la salle de sport mais il arrive que j’y glisse aussi une paire de tongs à enfiler après un marathon par exemple. Pour ça, j’ai trouvé mon bonheur chez Le Vieux Campeur : quand on achete une paire de basket chez eux, ils enlèvent la boite et offrent une pochette zippée avec un petit tapis pour poser ses pieds quand on se change.

pochette au vieux campeur the sporty family

Il y a également une pochette dans laquelle je mets une serviette de toilette (les Décathlon en microfibre qui ne prennent pas de place) et des vêtements de rechange. Une fois changée, j’y remets la serviette et les vêtements « sales » et ca permet de les isoler du reste.

Et puis pendant longtemps, je glissais dans mon sac une de mes pochettes à maquillage avec les petits trucs qui ont tendance à se perdre dans le sac : l’élastique à cheveux, les épingles pour le dossard, un gel ou deux, une pâte de fruit ou une barre de céréales, etc. Et un jour j’ai trouvé la pochette parfaite pour ça : la pochette de runneuse avec des motifs en rapport avec le running.

pochette selina jayne runner the sporty family.jpg

J’ai shoppé cette pochette pendant le Marathon de Londres mais vous pouvez aussi la trouver en ligne sur le site de la créatrice, qui livre en France. Bon OK, elle aurait pû être un peu plus féminine mais c’était le seul modèle disponible. Un petit objet sympa à offrir ou s’offrir !

Et vous, comment organisez-vous votre sac ?

 

London Marathon : les 30 trucs dingues

Voilààààà, c’est finiiii (à la Jean-Louis Aubert). Le marathon de Londres a eu lieu dimanche dernier sous une chaleur de DINGUE, un peu comme au marathon de Paris l’an dernier. D’ailleurs, c’est le mot qui va caractériser ce marathon : DINGUE.

Et plutôt que de vous faire un récit de ma course (à J+8, c’est un peu comme après un accouchement, on n’a plus que les bon souvenirs), j’ai décidé de vous lister tous les trucs DINGUES de ce marathon. Et comme sur un marathon, le mur des 30km est un peu ce que nous redoutons tous, j’ai essayé de trouver 30 trucs dingues.

Truc dingue n°1 : j’ai réussi à trouver un dossard de dernière minute fin décembre ! C’était un peu inespéré, tous les dossards étaient vendus chez tous les tour-opérators français. Je contacte un TO anglais (Sport Tours international) sans succès mais finalement il me recontacte quelques jours plus tard pour me proposer un des derniers dossards.

Truc dingue n°2 : je ne sais pas comment j’ai réussi à trouver le temps de m’entrainer avec le peu de temps dont je dispose mais après 6 mois sans courir, début janvier j’ai compris qu’il fallait recaser 3 à 4 séances par semaine si je voulais arriver à quelque chose. Et j’ai presque réussi à courir 4 fois par semaine pendant au moins 2 mois.

Truc dingue n°3 : la météo annonce une canicule à Londres la semaine du marathon et particulièrement le jour du marathon. Au début, j’ai pouffé de rire. Mais le jeudi 18 avril, 2 jours avant le départ, j’ai couru m’acheter un débardeur de course et j’ai testé ma tenue « spéciale canicule » le soir même. Les températures n’avaient pas l’air de vouloir baisser.

Truc dingue n°4 : malgré les grèves, je suis arrivée carrément en avance à la Gare du Nord et j’ai réussi à monter dans un Eurostar qui partait plus tôt que celui que j’avais réservé. Si vous avez déjà essayé de changer d’Eurostar sans payer de supplément, vous comprenez l’exploit …

Truc dingue n°5 : l’organisation pour récupérer les dossards et les puces sur le Marathon Expo est super bien rôdé et on ne perd pas de temps. En moins de 5 minutes j’ai mon dossard et ma puce.

Truc dingue n°6 : le salon « Expo Marathon » de Londres n’est vraiment pas dingue. Je m’attendais à un truc gigantesque, avec plein d’exposants, les grandes marques, les petites marques locales qu’on ne connait pas en France, etc. Mais non. Bof, on fait vite le tour. Ha si, truc dingue j’ai aperçu Kipchoge mais il y avait trop de monde autour de lui pour réussir à l’approcher.

london marathon expo the sporty family

Truc dingue n°7 : samedi, avec Samira venur me retrouver à Londres, on a marché plus de 13 km sans s’en rendre compte. Mais je n’ai pas acheté un seul livre de cuisine à Londres et je n’ai même pas mis les pierds chez Waterstones ! Les gens qui me connaissent savent que c’est limite incroyable.

Truc dingue n°8 : tiens, il est dimanche matin 5h45 et j’ai passé la nuit à tousser à cause de mes f****** allergies. Mais quand faut y aller, faut y aller. Moins d’une heure plus tard, je suis donc dans le car qui nous emmène à la zone de départ.

london larathon greenwich

Truc dingue n°9 : une fois sur place, le soleil tape mais ce que je remarque, ce sont surtout les km et les km de cabines/toilettes (sur la parcours, il y en a encore d’ailleurs !)! Et truc encore plus dingue (n°10 bis) : il y a du papier toilettes dans toutes les cabines ! C’est bien la première fois que je ne fais pas la queue une seule fois pour aller faire pipi. D’ailleurs, l’endroit tout entier est dingue : grands barnums homme/femme pour se changer, distribution de café/thé, distribution d’eau, etc. Tout est parfaitement organisé et malgré la foule on n’a jamais l’impression d’être nombreux sur place.

toilettes virgin london marathon the sporty family

Truc dingue n°10 : c’est quand même la reine d’Angleterre qui donne le départ et on la voit appuyer sur le gros champignon rouge sur un écran géant juste après avoir entendu l’hymne national.

london marathon queen elisabeth

Truc dingue n°11 : l’heure du départ n’est plus très loin, je me retrouve dans mon SAS et … je suis en première ligne dans le SAS ! On discute un peu avec les voisins : mon voisin de gauche court son 150è marathon, mon voisin de droite arrive de Chicago, celui juste derrière moi boucle là son 6è Majors, etc.

Truc dingue n°12 : on avance vers l’arche de départ, pile poil A L’HEURE, à la seconde près (j’ai une pensée pour les courses parisiennes où on part toujours avec au moins 30 min de retard). Je suis toujours devant, le compte à rebours est donné par un mec qui ressemble trait pour trait à Ken (le copain de Barbie) : 5 … 4 … 3 … 2 … 1 … Go, on commence à courir !

Truc dingue n°13 : je suis toujours devant, je me retourne et je vois une foule dingue et colorée qui me court après donc je mets le turbo et je suis à 12 km/h sur les 5 premiers kilomètres (pourtant le coach avait dit « ne pars pas trop vite »). Mais je me calme pour ne pas me cramer.

london marathon 2018 the sporty family

Truc dingue n°14 : il y a une foule pour nous encourager dès le départ. Je n’avais encore jamais vu ça ailleurs. Dès les premiers mètres, les gens sont là, ils crient, ils encouragent, etc.

Trucs dingue n°15 : il y a des jeunes bénévoles (des enfants) pour signaler les … dos d’âne ! Vêtus de gilets jaunes, ils portent des pancartes et crient « HUMPS » quand on approche des dos d’âne.

london marathons beware humps

Truc dingue n°16 : IL FAIT GRAVE CHAUD ! Mais il y a plein de gens qui courent déguisés. Je croise un type dans une machine à laver, un « toilet man », un « Bigben », etc. Ces anglais sont fous.

Truc dingue n°17 : il y a plein de panneaux super drôles dans la foule qui encourage. Parmi ceux que j’ai vu (la preuve que je n’étais pas super concentrée sur ma course) il y a :
« run like your EX is chasing you »,
« If Trump can run America, you can run this marathon »,
« Good luck random stangers »,
« if you’re still married, you didn’t train hard enough »,
« Pain is just the French word for bread »,
« Just remember : you paid for this »
« If Brithney survived 2007, you can survive this »,
« Look, I made a sign »,
« To us you’re all Kenyans »
, etc. Haaa ces anglais …

Truc dingue n°18 : je suis en train de courir sur Tower Bridge !!!!!!! Et je prends même le temps de sortir mon télephone pour filmer ce moment et filmer cette foule en délire qui nous encourage. Tiens par moment il y a tellement de monde et de cris que j’aspire à un peu de silence. #RabatJoie

Truc dingue n°19 : je bifurque vers la droite pour choper une bouteille à un ravito, un type arrive en même temps que moi mais il me laisse passer devant lui avec un « after you, young lady ». Ca change des bousculades de Paris. Haaaa ces anglais (encore).

Truc dingue n°20 : Après chaque ravito et sur de longs mètres, c’est hallucinant de voir toutes ces bouteilles jetées au sol ! Je crois que je n’en ai jamais vu autant sur aucune course et à chaque ravito il faut faire attention à ne pas glisser sur une bouteille.

Truc dingue n°21 : tiens, il n’y a pas de ravito « solide » sur ce marathon. Juste de l’eau, du Lucozade (la boisson énergetique sponsor de la course) et des gels (un autre sponsor). Du coup, c’est la foule de spectateurs qui propose des quartiers d’oranges mais surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup de bonbons.

Truc dingue n°22 : beaucoup de gens sont mal en point et s’arrêtent sur le bord de la route. A chaque fois, les secours arrivent en 10 secondes à peine. Je me demande où ils étaient cachés et s’il y en a absolument partout sur le parcours juste derrière la foule, prêts à bondir.

Truc dingue n°23 : la fin approche, la foule est toujours aussi dense, la soleil tape toujours aussi fort, je suis trempée de la tête aux pieds à force de me vider les bouteilles d’eau sur la tête. D’un coup j’ai carrément froid. Avoir froid sous 27°, il fallait le faire.

Truc dingue n°24 : p***** je vais arriver à boucler le marathon en moins de 4h. Incredibeule !

Truc dingue n°25 : j’ai passé la ligne d’arrivée, une des bénévoles me met la médaille autour du cou et ME SERRE DANS SES BRAS. « You are amazing, sweetie ! Be proud of you ». Avouez que ca n’arrive pas souvent.

IMG_7177

Truc dingue n°26 : je me dirige vers le stand « S » pour récupérer le maillot finisher mais une autre bénévole m’interpelle avec un « The XS will be perfect for you, honey ». J’aime les anglais !

Truc dingue n°27 : je ne fais pas la queue pour avoir une photo devant le photocall « Finisher » et ça ne se bouscule même pas.

Truc dingue n°28 : mon télephone a rendu l’âme dans ma poche. Le pauvre s’est pris trop d’eau avec les douches sur le parcours et les bouteilles que je me suis vidée sur la tête.

Truc dingue n°29 : les transports en commun sont GRATUITS sur présentation de la médaille ! Et de parfaits inconnus me félicitent dans le métro qui me ramène à l’hôtel.

Truc dingue n°30 : le soir, tous les finishers portent fièrement leur médaille autour du cou pour aller dîner ou prendre un verre et les gens continuent de féliciter les marathoniens.

Et bonustrack des trucs dingues : la vieille du marathon, c’était l’anniversaire de la Reine et le lendemain c’était la naissance du Royal Baby n°3 !

Il y a aussi le moment dingue mais triste à la fin pour la (vieille) bloggueuse « cuisine » que je suis : apprendre le décès de Matt Campbell qui s’est écroulé 6 km avant l’arrivée. #RIP

Voi là, ce marathon aura été dingue du début à la fin. Pour moi c’était déjà dingue de pouvoir courir dans cette ville que j’adore et que je connais par coeur. C’est aussi mon 1er Major et je comprends pourquoi ce marathon fait partie de Majors. Je n’ai pas de comparaison avec un des 6 autres mais cela ne saurait tarder …

Justement, maitenant, place aux prochaines courses … en attendant New York en novembre prochain !

En route pour le London Marathon : J-2

Le temps est passé à la vitesse de l’éclair et nous sommes à 2 jours du Marathon de Londres. C’est d’ailleurs depuis l’Eurostar que j’écris ce post, un peu sur un coup de tête car j’ai enfin le temps de m’asseoir et de ne rien faire pendant un peu plus de 2 heures.

Ces derniers jours la question qui revient le plus souvent est « alors tu es prête ? ».

london marathon the sporty family.png
Ca me rappelle mes années lycée … Quand on avait un contrôle en philo ou en sciences éco, après chaque interro on discutait entre nous pour savoir si on avait réussi. Il y avait toujours la personne qui allait répondre « oui, je pense que j’ai cartonné, je vais avoir une super note », et parfois c’était le cas, d’autre fois c’était une déception. Il y avait la personne qui répondait « pfff non j’ai complètement raté » et qui avait toujours une super note en feignant un air surpris. Et il y avait moi. Je répondais souvent « je ne sais pas », parce que dans certaines matières, j’étais souvent incapable de dire si ce que j’avais fait tenait la route en pas. En philo, j’étais nulle (parce que j’étais hermétique à cette matière, trop abstraite pour mon esprit cartésien) donc je ne savais jamais si j’avais fait ce qu’on attendait de moi ou pas. En sciences éco, je n’étais pas mauvaise du tout mais j’en étais arrivée à ce « je ne sais pas » car j’avais parfois l’impression d’avoir baclé la dissertation et pourtant je récoltais des 16 ou 17/20. Du coup, je ne savais pas.

Pour ce marathon c’est un peu pareil. Il y aura surement ces gens confiants et qui vont faire une chrono de dingue ou se planter complètement, ces gens qui disent qu’ils ne se sont pas entrainés et qui vont revenir avec un RP. Et il y a moi. « Es-tu prête ? ». Je ne sais pas. J’ai fait ma prépa. Pas aussi bien que je l’aurais voulu mais je l’ai faite quand même. Je suis fatiguée par mon rythme pro et perso car j’ai eu très peu de temps pour moi et le peu de temps que j’avais je l’ai employé à courir.
Du coup, je ne sais vraiment pas. Je vais donc y aller et courir, tout simplement. Un pas devant l’autre. Profiter de la grosse ambiance de ce marathon, profiter du beau temps annoncé et faire de mon mieux, sans objectif précis.
Une chose est sûre : je vais en profiter !

Pour celles et ceux qui l’ont demandé, j’ai le dossard n°62744. Il y a une appli dédiée au marathon où vous pouvez suivre les coureurs. Envoyez moi un message si vous voyez que je n’avance pas 😉 et si je n’ai pas fini au bout de 6 ou 7h, appelez les Marshalls !

En route pour le London Marathon : J-7

Dimanche prochain, à cette heure ci-, je serais sur le point de prendre le départ du marathon de Londres (si j’ai bien réussi à me réveiller et que mon chauchemar du moment ne s’est pas réalisé).
Que fait on quand il reste une petite semaine avant le marathon ? On regarde la météo ! Même si elle est encore susceptible de changer jusqu’à la dernière minute, je suis en train de réfléchir à ma tenue du jour J : corsaire, cuissard ou short ? Maillot du club ou maillot de mon choix ?
D’ailleurs, c’est aussi ce qui préoccupe un peu les runners sur les différents groupes Facebook dédiés à ce marathon, groupes auxquels je suis abonnée depuis le début de l’année. Les services météo annonce une petite canicule à Londres la semaine prochaine (comprenez : des températures pouvant aller jusqu’à 20 degrés … #JeMeMoque) donc tout le monde commence à se questionner sur la tenue et beaucoup courent acheter des shorts pour les tester avant le grand jour. Après le marathon de Paris l’an dernier sous un petit 28°C, j’ai déjà un tenue qui supporte bien l’épreuve du soleil mais j’hésite encore … J’ai quelques jours pour me décider avant de boucler ma valise jeudi soir prochain.

meteao weather marathon de londres 2018 the sporty family

A J-7 de ce grand évènement, la pression commence aussi un peu à monter. Je commence à faire ma petite checklist mentale sur ce que je dois préparer et quand j’ai un moment à la maison, j’en profite pour sortir quelques affaires auxquelles je pense pour les mettre dans un panier dans ma chambre. Petit à petit, le nécessaire pour Londres commence à s’entasser, avec quand même un mot d’ordre : voyager léger. Après tout, je n’ai pas besoin de grand chose pour ces 4 jours : de quoi courir et de quoi me changer après la course le jour J (on privilégie le confort) et quelques vêtements de rechange pour le samedi et le lundi (après ma dernière folie, le budget shopping sur place est limité).

A J-7, je commence aussi à réfléchir au planning de la dernière semaine et surtout au planning « alimentaire ». J’ai pour habitude de planifier mes repas cette semaine là pour être sure de manger correctement (je fais partie de ces gens qui se posent pour déjeuner vers 15 ou 16h et qui mangent n’importe quoi faute de temps) ; en général j’essaie de suivre une sorte de régime scandinave modifié (pas de glucides pendant 3 jours puis recharge en glucides les 3 jours suivants) mais je ne sais pas si je vais faire ça cette fois ci ou me contenter de manger « normalement » jusqu’au jour J.

A J-7 de cette grande course, je ne sais toujours pas non plus quelle stratégie adopter : on tente d’améliorer le chrono sur marathon ou on court le marathon en mode touriste avec des pauses photos aux endroits stratégiques de Londres ?

Bref, à J-7, il y a encore beaucoup d’incertitudes. J’espère que tout va s’éclaircir dans les prochains jours.

 

 

En route pour le London Marathon : J-10

Si vous suivez un peu ce blog (j’ai honte mais cela fait un bail que je n’ai pas eu le temps d’écrire), vous devez savoir que, sur un coup de folie quelques jours avant Noël, j’ai réussi à avoir un des derniers dossards dispo pour le marathon de Londres. Ca m’a pris comme ça, j’ai envoyé des emails aux agences qui proposaient ce pack marathon et toutes m’avaient répondu avoir tout vendu. Et puis, chose inespérée, un beau matin je reçois un email de Clément de l’agence anglaise Sports Tour International qui me dit qu’ils ont eu quelques dossards supplémentaires mais je dois me décider dans la matinée. Inutile de vous dire que je me suis décidée à la lecture du mail. En moins de 2 jours, notre affaire était bouclée : hôtel, dossard, transferts sur la ligne de départ étaient réservés. Il ne me manquait plus que le trajet Eurostar.
En habituée des journées shopping et des séjours à Londres, je savais qu’Eurostar allait proposer ses habituelles promo peu après Noël, j’ai donc sagement attendue, « tapie dans un coin », de recevoir la fameuse newsletter. Je n’ai pas attendu bien longtemps pour réserver mon billet à 39€ le trajet. Et voilà, à moi Londres du 20 au 23 avril prochain !

Nous sommes à J-10 du grand jour, tout le monde me demande si je suis prête pour cette course.

london virgin marathon the sporty family

Je ne sais pas … Avec mon nouveau rythme de boulot, une chose est sure : je suis fatiguée. Beaucoup plus fatiguée que pour les marathons précédents et malheureusement ce n’est pas cette fatigue « saine » des grosses prépa. C’est une vraie fatigue dont je n’arrive pas à me débarrasser. Ca n’a pas perturbé la prépa, j’ai fait mes 4 sorties par semaines avec fractionné, sortie longue, footing, endurance, etc. Mais je suis dans une phase où la petite dormeuse que je suis pourrais s’endormir n’importe où et n’importe quand dans la journée et pourtant je cumule les insomnies la nuit. Mon cerveau cogite beaucoup trop sur la partie boulot.
J’en suis arrivée à faire un cauchemar récurrent : je suis dans ma chambre d’hôtel à Londres le samedi soir, je vais me coucher en réglant mon réveil pour le jour J et … quand j’ouvre les yeux il est plus de midi et j’ai loupé le marathon ! C’est grave, docteur ?