Bucket list ou liste de rêves

Je suis dingue de cahiers et carnets en tous genres. La dernière fois, j’en ai vu un juste pour faire des listes et un autre pour des « bucket lists » ou listes de rêves. En gros, tout ce qu’on aimerait faire ou accomplir dans sa vie, dans n’importe quel domaine. Celui là, j’aurais un million d’idées pour le remplir mais comme il faut au moins 1 million d’euros pour tous mes rêves, j’ai été raisonnable et je ne l’ai pas acheté (il n’y a pas de petite économie). Bref, depuis que j’ai vu ce cahier, je me demande ce que je mettrais vraiment dans ma liste de rêves et finalement j’ai eu envie d’en faire une, autour du sport.Comme toujours, dans mes rêves, il n’y aucune notion de compétition car ce n’est pas ce qui me motive. Je ne suis en compétition qu’avec moi même.

Bucket list

Ma bucket list pourrait donner ça, si on remonte un peu dans le temps :

bucket list requia the sporty family

  • Courir un marathon au moins une fois : fait – La Rochelle en novembre 2016.
  • Courir le marathon de Paris : fait – avril 2017.
  • Courir le marathon de Londres, ma ville de cœur : fait – avril 2018.
  • Courir le marathon de New York, un rêve depuis que mon frère l’a fait.
  • Partie comme ça, courir les 6 Majors : Londres, NY, Tokyo, Chicago, Boston, Berlin.
  • Devenir une bonne nageuse (oulala il y a du boulot) et ne plus avoir peur de l’eau.
  • Faire un triathlon toute seule, entièrement, comme une grande.
  • Faire un IronMan (avant mes 50 ans).
  • Courir un trail au Maroc, dans ma région (l’UltraTrail Ouarzazate par exemple).
  • Courir le Half Marathon des Sables à Fuerteventura.
  • Courir le Marathon des Sables avec mon petit frère.
  • Passer la ligne d’arrivée d’une course avec mes enfants.
  • Aller de Paris à Londres en vélo avec les enfants.
  • Réaliser le rêve des enfants, qui veulent juste « partir à l’aventure dans un pays lointain » et pour ça ils sont prêts à beaucoup marcher !

Je vais sûrement compléter cette liste au fur et à mesure du temps.

Et vous, de quoi se compose vote liste de rêves ?

Cela fait un bail …

Oui, cela fait un bail que je ne suis pas repassée par ici pour parler de sport et de running. Il s’est pourtant passé plein de choses depuis avril dernier et le marathon de Paris, dernier sujet dont je vous ai parlé.

Entre temps, j’avais continué mon entrainement pour le Triathlon de Paris, enchainant les cours de natation … sans aucun progrès à mon grand désespoir. Et à mon grand regret, je n’ai finalement pas pu participer à ce triathlon pour des raisons personnelles et professionnelles.

Entre temps, j’ai repris les entrainements avec mon club, le PLM Conflans, quelques semaines après le marathon, le temps de me remettre de mon syndrôme de l’essuie-glace, un peu accentué par ces 42 kms de zigzags dans les rues de Paris.

Entre temps, j’ai participé au Triathlon de Vendôme avec une petite bande du club et notre équipe a fini à la 1ère place du podium dans la catégorie « Equipes féminines ». La classe, non ?

Entre temps, j’ai un peu beaucoup changé de vie et depuis l’été dernier, j’ai beaucoup moins couru faute de temps mais j’ai pris plaisir à enchainer les tours de pistes avec les copines et copains du club tous les mercredi soirs. Je me suis aussi inscrite dans une nouvelle salle de sport dans laquelle j’ai mis les pieds … 1 fois en 3 mois.

Entre temps, je suis retournée à La Rochelle fin novembre, pour courir le marathon en duo avec une copine du club. C’était un super week-end avec une bande de chouettes personnes (toujours du club, c’est devenu ma 2è famille).

Bref, la course à pieds, le sport, le vélo sont toujours au coeur de mes préoccupations. Il faut juste que je m’organise mieux pour pratiquer plus. Les objectifs 2018 sont ambitieux donc il n’y aura que peu de place pour des choses approximatives ! #GetOrganized

Je reviens vite pour vous reparler du marathon de La Rochelle en duo, des nouveautés running, des objectifs 2018 etc.

Celle qui n’a pas réfléchi avant de s’engager dans un triathlon …

Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je cours (beaucoup), que je pédale (pas trop mal), que je fais beaucoup de sport en salle mais … je ne nage presque jamais. Et si vous me suivez depuis quelques mois, vous avez peut-être lu mon récit du Garmin Triathlon en mai dernier, triathlon réalisé en relais avec Jérôme à la natation et Fred au vélo parce que … je déteste nager. C’est d’ailleurs suite à cet article que Julia m’avait contacté pour me dire (je vous la fais brève) « Requia, chiche ou pas chiche de faire le triathlon en entier l’an prochain ? ». Comme je suis un peu maso et que je me lance toujours dans des trucs improbables, j’ai évité de réfléchir trop longtemps et j’ai répondu « Chiche ! ». J’avoue que 2 jours plus tard, j’ai failli envoyer un autre email disant « Heu Julia, visiblement ma boite mail et mon cerveau ont été piratés, je ne peux pas voir répondu oui, personnellement je ne me serais jamais engagée dans un défi pareil étant une grosse quiche en natation! ». Mais c’était trop tard. (#TooLate)

Et puis les mois ont passé, j’avais un peu oublié cette histoire ou j’avais espéré que finalement ce soit tombé aux oubliettes mais non … Nouvel email de Julia expliquant un peu le dispositif : 5 filles (#TeamMaso) qui n’ont jamais fait de triathlon vont participer au prochain Garmin Triathlon de Paris, participer à quelques sessions d’entrainement avec les coachs de la F.F.Tri avant de se jeter à l’eau le 2 juillet et tout cela en étant suivies par Triathlète Magazine. OK. Je sens que je vais me ridiculiser dans le monde du triathlon, vraiment. Je réponds à ce nouvel email en prévenant quand même de mes capacités limitées inexistantes en natation, de manière à être tout à fait honnête mais Julia a toutes les qualités pour être un super coach en motivation donc … me voilà embarquée dans un nouveau et énorme challenge ! Triathlon de Paris, me voilà … (#Peur).

garmin triathloln de paris 2017 the sporty family

C’est donc lundi soir que la fine équipe s’est retrouvée réunie et avec moi dans la fameuse #TeamMaso il y a Dorothée, Gladys, Marie et Marine, sous la houlette de la super Mareva qui va nous motiver pendant toute la préparation.

Après une soirée passée à revoir tout le déroulé de cette aventure avec Julia et les gens de la Fédération de Triathlon, poser pour quelques photos, vidéos et répondre à quelques questions pour Triathlète Magazine, nous sommes rentrées chez nous les bras chargés de cadeaux (merci Garmin, Le Pape et Stimium), convaincues que les femmes ont aussi leur place dans le triathlon et c’est ce que nous allons essayer de prouver. Après tout, rien ne peut expliquer qu’elles ne représentent que 15% des participants dans cette discipline.

garmin triathlon de paris 2017 the sporty family

Maintenant le plus difficile va commencer : se préparer correctement, s’équiper le mieux possible pour être à la hauteur le jour J (si vous avez des conseils, je prends).

J’ai la chance d’être bien entourée dans ma préparation : mon club PLM Conflans pour la course à pieds, Fred pour la natation (il connait le défi dans lequel je me suis lancée) , Seb et Aubin dans ma salle de sport Amazonia pour la prépa physique et le vélo et tous les copains/toutes les copines pour me booster au quotidien. #TeamTriathlonRequia

A moi de faire mon max pour apprivoiser la natation et le vélo de route et enchaîner les 3 disciplines le jour J … #PrayForRequia

Mes Skechers et moi …

Le « truc pourri » avec les réseaux sociaux quand on fait de la course à pieds, c’est qu’on passe notre temps à admirer les baskets des copains et copines à chaque post ou à chaque photo. Mais « le truc cool » c’est que du coup, ils sont de bons conseils quand on cherche à s’équiper et ils parlent très bien et très objectivement de leurs chaussures.
C’est un peu comme ça que je me suis décidée pour ma paire de Skechers, la chaussure made in Los Angeles : je voyais régulièrement cette marque revenir dans les photos et les posts d’Isabelle et Daniel et du coup on a papoté à ce sujet sur Twitter (ou Twitter devient parfois une nouvelle version des « chatrooms » de ma génération). Après quelques échanges de tweets, je me suis décidée pour les Skechers GoRun Forza pour le long et j’ai attendu impatiemment de les recevoir.

baskets-running-skechers-gorun-forza-the-sporty-family

Une fois la paire arrivée à la maison, j’ai sauté dedans à pieds joints et depuis je ne les quitte plus pour toute mes sorties longues.

J’ai tout de suite aimé la sensation de confort dans cette chaussure : je chausse du 37 en ville et du 38 en running et je suis parfaitement bien dans ce 38. Mon pied ne glisse pas comme dans d’autres baskets. Bref, le chaussant super confortable.

baskets-running-skechers-gorun-the-sporty-family

Au 1er abord, pour les petits gabarits comme moi (1h60 et 49 kg), elle peut paraître un peu lourde mais elle se fait rapidement oublier. Elle offre une super stabilité et un très amorti qui ne sont pas pour déplaire à la sensible des genoux que je suis et les pro de la chaussures disent même que « la semelle intermédiaire avec renfort médian en Resalyte favorise la transition talon-pointe de pied », ce qui réduit les petites douleurs qu’on peut parfois ressentir à ce niveau quand la chaussure manque de souplesse.

skechers-gorun-forza-the-sporty-family-requia

Bref, c’est une chaussure confortable, avec une bonne stabilité et un très bonne amorti en plus d’être très réactive et polyvalente. Hé oui, vous pensez bien que j’ai aussi testé des petits footings et du fractionné avec et j’ai même couru les 10km du Triathlon de Chantilly avec (elles en gardent d’ailleurs un souvenir poussiéreux).

Ces GoRun Forza ont donc été testées et approuvées pour le long et seront donc de la partie pour mon 1er marathon dans quelques semaines. Il ne me reste plus qu’à finir ma préparation, choisir le reste de ma tenue et je serais (presque) prête pour ce nouveau challenge !

PS : on me dit dans l’oreillette que ce modèle est actuellement soldé chez Univers-Running. Foncez, ils sont super fiables et les commandes sont expédiées plus vite que l’éclair !

Energy balls ou boulettes énergétiques aux noix de cajou et aux dattes

Dans les sports d’endurance, on cherche toujours un moyen de faire le plein d’énergie de la manière la plus saine possible. Si pour ma part je carbure régulièrement aux gels Aptonia (les seuls qui me conviennent pour le moment), je teste aussi mes recettes maison. Il m’est arrivé de tester des gels maison, des boissons énergétiques maison, des smoothies de récup, etc alors il était temps de tester enfin ces fameuses energy balls.

Les energy balls ou boulettes énergétiques sont des petites collation souvent riches en nutriments divers et variés.
C’est en feuilletant le livre « Superfood pour tous les jours » de Jamie Oliver (si vous me suivez sur mon blog cuisine, vous savez que c’est un peu mon chouchou) que je suis tombée sur ses recettes d’energy balls. Je suis donc partie de ses idées pour faire mes propres energy balls, en piochant dans le contenu de mes placards.

energy-balls-cajou-datte-sesame-chocolat-the-sporty-family

Pour ces energy balls, il faut :

  • 100 g de noix de cajou non salées
  • 100 g de dattes (ou d’abricots séchés par exemple)
  • 20 g de graines de sésame
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille (ou autre parfum)
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • Sésame, noix de coco, cacao en poudre, vermicelles de chocolat pour les plus gourmands

Mixer finement les noix de cajou et le sésame. Ajouter les dattes et l’extrait de vanille et mixer à nouveau. Ajouter le miel petit à petit et mixer par à-coups jusqu’à obtenir une pâte homogène.

energy-balls-cajou-datte-the-sporty-family

Humidifier ses mains et réaliser des boulettes avec cette pâte. Rouler les boulettes réalisées dans des graines de sésame, de la noix de coco râpée, du cacao en poudre etc pour les recouvrir entièrement.
Entreposer au frais quelques heures avant de les déguster.

energy-balls-the-sporty-family

Ces boulettes se conservent dans une boite hermétique pendant au moins une semaine. Elles sont très riches donc il ne faut pas en abuser non plus et sont à consommer plutôt après une séance de sport ou en cas de coup de mou en attendant le repas suivant.

Un dossard pour le triathlon de Chantilly, ça vous tente ?

Cela fait maintenant quelques semaines que je vous parle de triathlon, que je vis triathlon, que je planifie mes cours de natation avec l’objectif de faire mon 1er triathlon complet l’an prochain (j’ai eu une invitation que je ne pouvais pas refuser). Je pensais au triathlon depuis très longtemps, j’ai régulièrement suivi les exploits des copines dans leurs triathlons, leurs half-ironman et même Ironman (surtout Isa) et depuis que j’ai participé au Garmin Triathlon de Paris en relais, je n’ai qu’un envie : recommencer pour revivre cette ambiance incroyable.
Du coup, je retente à nouveau l’expérience en relais dans un super cadre avec le Triathlon de Chantilly fin août, je vous en avais parlé ici (click). Mais j’avais quand même envie d’avoir un retour et de suivre de plus près quelqu’un qui allait également participer à ce triathlon en solo pour avoir une team « Sporty Family » à la fois en relais et en solo.

triathlon de chantilly aout 2017 the sporty family

C’est la raison pour laquelle je vous propose de vous faire gagner un dossard pour le triathlon de Chantilly en solo. Je vous rappelle les informations pratiques pour vérifier que vous êtes bien disponibles et partants :

  • Date : dimanche 28 août
  • Lieu : Chantilly
  • Épreuve : celle de votre choix, je participe pour ma part à l’épreuve olympique en relais (Le Chantilly) avec 1500 m de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pieds.

Ça vous tente ? Voilà de quoi vous motiver, s’il fallait encore le faire :

Pour jouer et tenter de remporter ce dossard, c’est très simple : laissez moi un commentaire avant le 26 juin minuit pour m’expliquer ce qui vous motive à participer à ce triathlon.
Et répondez à la question bonus pour valider votre participation : quel nom porte l’épreuve longue distance de ce triathlon ?

Un tirage au sort par des mains innocentes (celle des enfants de la Sporty Family) désignera le gagnant.

A vos claviers !

 

Triathlon de Chantilly, me voilà !

Non, non je vous rassure tout de suite : ma phobie de la natation ne s’est pas atténuée dans la nuit, je ne vais pas faire ce triathlon toute seule. Disons juste qu’après le triathlon de Paris en relais dimanche dernier, j’ai eu envie de recommencer ce triple effort toujours en équipe.  J’ai donc fait le tour des triathlons prévus dans le coin d’ici la rentrée et je suis évidemment tombée sur le triathlon de Chantilly les 27 et 28 août, triathlon qui est la 5è étapes des 6 proposées pour les Castle Triathlon Series.

Les franciliens connaissent forcément le Château de Chantilly et son cadre sublime et il faut bien avouer que l’ensemble se prête forcément à l’épreuve du triathlon : un plan d’eau de 2500m, des sentiers et 7800 hectares de forêt parfaits pour le vélo ou la course à pied.
Le château de Chantilly a aussi une riche histoire dans la culture populaire : il a été la cachette de Zorin, interprété par Christopher Walken, dans A view To a Kill en 1985 pour les fans de James Bond, il a également servi en pour le remake de La Panthère Rose (c’est d’ailleurs le nom d’une des épreuves pour enfants), Pink Floyd y a joué deux concerts en 1994 et le footballeur brésilien Ronaldo y a organisé ses fiançailles en 2005. Et pour les gourmands, c’est également dans ce château que la crème chantilly a été inventée, si vous vous posiez encore des questions sur l’origine du nom de cette crème !

Bref, triathlètes et spectateurs ne peuvent pas louper ce rendez-vous juste avant la rentrée et la reprise du train-train quotidien.

Cette fois encore, pour ce triathlon, toutes les épreuves même les plus courtes sont proposées en relais. Il se déroule sur 2 jours (27 & 28 août) et chacun va y trouver la distance qui lui convient puisque les épreuves vont des distances pour enfants (8-10 ans avec 100m de nage, 4 km de vélo et 1,3km de course) à la longue distance en passant par la classique distance olympique.

Cette fois ci encore, je vais donc participer en relais, avec la même dream team que pour le triathlon de Paris. Nul doute que Jérôme va trouver ce grand plan d’eau beaucoup plus sympa que celui de Choisy, avec un temps qui sera peut-être plus clément fin août.

Triathlon de Chantilly - visuels d'ambiance natation the sporty family

Fred, quand à lui, sera sûrement ravi de pédaler sur un tronçon de circuit sur lequel le Tour de France sera passé quelques semaines plus tôt ! Oui, oui, les cycliste du Tour de France partiront de Chantilly vers les Champ-Elysées et les athlètes qui participent à ce triathlon suivront une partie de ce tracé sur quelques kilomètres. La classe, non ?

Triathlon de Chantilly - visuels d'ambiance vélo the sporty family

Cette fois, pour ma part, j’aurais à nouveau 10 km de course à pieds en partie dans la forêt autour du château et autour de la Maison de Sylvie, sur le domaine.

Triathlon de Chantilly - visuels d'ambiance château the sporty family

Si vous aussi vous êtes tenté par un triathlon, je ne peux que vous recommander celui-ci, en tant que participant ou en tant que spectateur. Il y a en effet plein d’activités proposées pour les spectateurs : structures gonflables pour les enfants, groupes de musiques ou encore combats de joute dans le grand canal. Evidemment, on compte aussi sur vous pour nous encourager lors des différentes épreuves !

Pour en savoir plus sur ce triathlon et peut-être vous inscrire, c’est ici : Triathlon de Chantilly (Click).
Sur les réseaux, retrouvez le Triathlon ici sur Facebook (click) ou sur Twitter (click). N’hésitez pas à utiliser le hashtag #tridechantilly, je vais surveiller vos publications pour vous qui participe.

On se voit là-bas ?