Courir quand il fait froid : mes basiques

Ca y est, on y est quasiment. Cette saison froide et humide que je n’aime pas. Cette période où il fait nuit très tôt, ce qui rend la course à pieds toute seule plus compliquée (les copines m’ont fait peur avec de histoires horribles qui peuvent arriver quand on court seule). Cette période où il gris et moche quand on part courir le matin pendant le week-end.
Après avoir répété à tout le monde « franchement c’est une bonne période pour courir, mieux qu’en été en pleine canicule », il va bien falloir que je donne l’exemple. En réalité le secret c’est d’être couvert juste comme il faut, aux bons endroits pour ne pas avoir trop chaud au bout de 3km tout en évitant d’avoir les oreilles, les doigts et les orteils congelés quand on rentre.

Les copines qui débutent la course à pieds n’arrêtent pas de me demander ce qu’il faut pour courir en hiver, quels accessoires j’utilise, etc d’où ce petit rticle qui j’espère les aidera un peu.
Après quelques années de runnning, j’ai considérablement revu mes tenues pour le froid et la pluie et je n’ai plus que « quelques » basique pour cette période, basiques qui répondent à la règle des 3 couches apprise il y a bien longtemps : respirabilité, isolation et protection. Après evidemment, je suis une fille donc même si je dis n’avoir que quelques basiques, je les ai dans plusieurs couleurs/modèles/formes ce quif ait que mon placard est quand même plein à craquer.

panoplie pour courir quand il fait froid blog faites comme moi running

Bref, détaillons un peu ces articles de base :

Le Buff : ce foulard multifonction fabriqué sans couture ni ourlet qu’on peut porter de plusieurs façons est devenu un incontournable chez moi. Je suis tombée sur la boutique de la marque à l’aéroport de Barcelone cet été alors j’ai profité des dernières soldes pour m’en racheter. Quand je cours, je le porte en bandeau sur les oreilles pour les protéger du froid ou en cache-cou.
On trouve aussi des produits du même style chez Decathlon, dans la marque Quechua, à un prix défiant toute concurrence ou encore chez Asics, pour ne citer que ceux que j’ai pu tester.

– Quand je n’utilise pas l’un de mes Buff, j’opte souvent pour un bandeau en polaire pour me couvrir les oreilles ou carrément un bonnet (maintenant que je prend les transports en corsaire et en basket de course, plus rien ne me fait peur !) s’il fait trop froid. Tout le monde vous le dira : on perd la chaleur par la tête et il est donc important de couvrir cette partie là quand on court dans le froid.

– La brassière : la toute première couche, qui pour moi ne compte pas dans les 3 couches classiques car elle est essentiellement là pour le soutien. Néanmoins sous plusieurs couches de vêtemens, il faut qu’elle soit le plus confortable possible.

– Le tee-shirt manche courte de sport, avec une bonne respirabilité. en général, je recycle les tee-shirts avec lesquels je cours en été ou les tee-shirts de courses officiels sous les autres couches de vêtements et j’opte parfois pour un débardeur quand on n’est pas encore au coeur de l’hiver.
Evidemment il existe des tee-shirts manches courtes dédiés au temps froid et vous les trouverez facilement dans vos boutiques habituelles.

– Un maillot manches longues spécial temps froid pour l’isolation. J’aime beaucoup ceux de la gamme running de Kalenji, avec un excellent rapport qualité prix mais j’aime aussi ce tout nouveau de la marque Puma pour son col montant.

puma tshirt manche longue513055_02_01_EEA

– Un coupe-vent pour la protection (vent, pluie, etc) est aussi très utile à cette période. Là encore celui que je traine depuis des années vient de chez Kalenji mais je louche sur le modèle Shoftshell de chez Puma en prévision de mon prochain trail (on en reparle bientôt). En fonction du temps qu’il fait, je ne prends pas toujours le coupe-vent avec moi.

– Pour le bas j’opte pour un collant de course spécial temps froid et cette année encore c’est dans la gamme Kiprun avec le modèle Kanergy que j’ai trouvé mon bonheur : parfait techniquement, parfait niveau compression et respirabilité. Seule petite critique : j’aurais aimé d’autres couleurs que ce bleu dont je ne raffole pas et ce corail qu’on a déjà eu tout l’été. Un gris tout simple par exemple … parce que du coup j’ai du prendre un bandeau bleu pour aller avec ce collant !!! (ha les préoccupations des runneuses). Et il faudra également faire un petit effort sur les coutures qui ont tendance à sauter si on n’y fait pas très attention. Sinon ce collant est vraiment magique pour le retour veineux, il sèche super vite, la petite poche à l’arrière permet de ranger ses clés par exemple et il est vraiment bien isolant par temps froid.

– Les gants pour protéger les doigts du froid. Si au début j’avais beacoup de mal à les porter pour courir, je ne me pose même plus la question et il sont devenus incontournables, comme le bandeau ou le bonnet. Là encore toutes les marques de sport en font, il y en a pour tous les prix et Décathon propose même un lot avec gants et bandeau polaire pour débuter.

Voilà pour ma panoplie de base. Evidemment il faut ajouter à ça une bonne paire de chaussures et des chaussettes adaptées.
Pensez également à bien vous hydrater et bien vous nourir quand vous courrez. Ce n’est pas parce qu’il fait moins chaud qu’il faut négliger ces aspetcs làbien au contraire. Le corps a besoin d’encore plus d’energie pour lutter contre le froid !

Et vous, quels sont vos pièces phares pour courir quand il fait froid ?

PS : ma panoplie actuelle manque cruellement de rose et de couleurs un peu flashy, je trouve. Il va falloir aller shopper ces nouveautés Puma rapidement !

Run, girl, run ou comment j’ai repris la course à pieds

Je cours depuis des années. Ou je devrais plutôt dire : j’ai couru pendant des années. Après des trains, des bus, le temps, les enfants, etc certes mais j’ai aussi couru au sens propre du terme : j’ai enfilé mes baskets pour faire des tours de stade ou j’ai couru aux alentours de chez moi les soirs et les week-end pour évacuer le stress de la journée et se vider la tête.
Et puis un jour, suite à une visite chez le médecin puis chez un phlébologue j’ai appris que j’avais une insuffisance veineuse : des veines un peu trop fainéantes qui avaient tendance à se dilater et qui engendraient une mauvaise circulation sanguine, ce qui pouvait de traduire par des impatiences (des fourmis dans les jambes), de potentielles varices pas belles, etc. Et ce médecin a tranché : on arrête le café (oui bien sûr !), on arrête de croiser les jambes, on arrête les bains trop chauds, le sauna, le hamam, l’exposition trop longue au soleil, on arrête de replier les jambes sous sa chaise au bureau et surtout … on arrête la course à pieds et on se met à la natation parce que toutes ces choses là ont tendance à dilater encore plus les veines et je n’avais justement pas besoin de ça. Evidemment je n’ai pas arrêté le café (mais j’ai ralenti ma consommation pour plein d’autres raisons) mais j’ai tout de même arrêté le reste en allant jusqu’à finir la douche par un jet froid sur les jambes les jours de grosse chaleur ou après une journée à la plage.

C’est donc comme ça que j’ai arrêté la course à pieds. Mais voilà,ça me manquait trop et du coup j’ai mis mes chaussures de courses dans ma valise lors de nos dernières vacances à Center Parcs en avril, comme ça au cas où. Et j’ai bel et bien enfilé mes baskets pour courir dans le domaine d’Erperheide, le matin, au milieu des écureils, des poules et des canards qui se baladaient tranquillement au milieu des arbres.
Depuis fin avril, je cours donc très régulièrement, plusieurs fois par semaine toute seule ou avec des copines, le long des quais de Seine dans ma ville.

chaussures running asics requia faites comme moi ou pas

Alors certes j’ai couru pendant des années mais je n’avais jamais fait de courses « officielles », celles dans lesquelles on prend le départ avec plein d’autres personnes, celles pour lesquelles il y a un dossard officiel, un tee-shirt officiel, un chrono officiel … jusqu’à ce que je gagne un dossard pour la Nike Women sur le blog des Caractéri’elles dans l’équipe Sarenza. C’était l’occasion ou jamais de commencer les vraies courses et pour une première, j’ai choisi de courir un 10 kilomètres.

Alors oui je cours depuis longtemps mais l’idée de participer à une vraie course avait ce petit quelque chose en plus qui fait que j’ai sûrement saoulé tout le monde et tous les gens qui me suivent sur les réseaux avec la Nike Women du 7 juin. Pardon, je m’en excuse maintenant et merci pour votre soutien inconditionnel malgré cette avalanche de photos de mes courses, de mes chaussures, de mon débardeur de course, etc.
Le jour J est enfin arrivé, je suis partie à l’aube (les joie de la vie en banlieue) pour avoir le temps de déposer mes affaires au vestiaire avant de retrouver les copines Alice et Nawal et puis finalement on a commencé à courir.
Après beaucoup de slaloms, de zig-zag, de courses sur les trottoirs pour éviter le flot de filles qui courraient aussi, on a vu la ligne d’arrivée : les 10 kilomètres ont été bouclés en 1h03, la (très jolie) médaille nous attendait sur la ligne d’arrivée :

medaille nike women requia faites comme moi ou pas

 

Verdict de cette course : c’était génial, juste un peu pénible de courir un peu au ralenti au début à cause de la foule mais ça reste top. Si j’avais repris la course à pied un peu plus tôt, j’aurais sûrement tenté les 15 km. L’an prochain sûrement. Merci à Alice et Anne-Claire pour le dossard, merci à Sarenza pour l’animation et le photocall final et à l’année prochaine !

photo team sarenza

Evidemment après ça, j’ai regardé les courses auxquelles je pouvais participer et il y’en a pas mal, il va falloir parfois faire un choix mais voici les3 que j’ai retenu pour le moment en attendant de farfouiller un peu plus pour en découvrir d’autres :

  • 13 septembre : les 10 km de La fin d’oisienne (dans ma ville) ou les 6,7 kms de la Parisienne (j’avoue avoir été refroidi par les 50€ d’inscription à cette course)
  • 11 octobre : les 20 km de Paris (rien que d’y penser, j’ai déjà mal aux jambes mais je ne serais pas seule à courir)
  • 5 décembre : les 15 kms de La course des berges (dans ma ville)

L’objectif final est progresser suffisamment pour me mettre à courir des semi-marathons puis des marathons … Il y a encore du chemin à parcourir pour y arriver !

Et vous, vous faites aussi de la course à pieds ?